Un week-end à Mayence

 

rues_mainz

Le week-end du 25 juin, j’ai profité d’avoir le lundi de libre pour filer à Mayence, à quelques 6 heures de train de Brême. Je n’ai pas choisi cette ville par hasard: j’y ai été invitée par mon ancienne correspondante allemande du lycée, que je n’avais pas vu depuis… 7 ans ! (Je vous avais déjà parlé de cet échange dans cet article) J’avais donc super hâte de la revoir et j’étais ravie de pouvoir refaire des trucs un peu sympas, puisque mon bras était enfin guéri. On m’avait dit que la ville n’était pas super intéressante, qu’il y avait d’autres choses mieux autour… Mais je n’avais que deux jours et demi et ma priorité était bien sûr de revoir mon amie. Ainsi, après un samedi matin à la fac (stage oblige) et une après-midi à l’Ubersee Museum de Brême, j’ai pris le train pour la jolie ville rose ! Et moi, je l’ai trouvée bien sympa ! Lire la suite

Publicités

10 jours entre Budapest, Vienne, Bratislava et Prague: photos

train_vienne

En janvier 2015, nous sommes partis pendant 10 jours, dans l’Est de l’Europe, visiter quatre capitales qui nous faisaient envie depuis un moment. Nous sommes arrivés en avion à Budapest, puis avons relié Vienne, Bratislava et Prague en train, avant de repartir en avion pour la France. C’était un très chouette itinéraire et nous gardons de jolis souvenirs de chacune de ces villes, pourtant si différentes, et malgré les tristes événements qui touchaient la France au même moment. Plutôt qu’une liste des bons plans de chacune des villes (qu’on trouve partout sur Internet), je vous y emmène plutôt en photos ! Bon, et j’ajoute aussi ce qu’on a aimé/pas aimé… Lire la suite

Ma famille allemande

famille-allemande-bremen2

Aujourd’hui j’ai dit au revoir à ce que j’appelle « ma famille allemande », et j’en ai gros sur la patate. Alors j’ai envie de vous parler d’eux. Déjà, je devrais plutôt les appeler « ma famille germano-espagnole en Allemagne », car techniquement, ils sont à moitié allemands (nationalité du père) et à moitié espagnols (nationalité de la mère). Les enfants, eux, ont la double nationalité !

J’ai débarqué chez eux un sombre soir de février, complètement épuisée après 10 heures de bus (Paris-Brême, c’est sacrément long). Lire la suite

L’allemand et moi

langue-allemande-progressionCe ne sera pas un article sur l’Allemand – grand, blond, buveur de bière – et moi, mais bien un article sur mon rapport à la langue allemande. Parfois dénigrée, souvent moquée (cf. l’image ci-contre), toujours considérée comme une langue difficile, l’allemand me tient pourtant à coeur. Déjà, je ne l’ai jamais trouvée moche ! Ce n’est pas une langue latine, elle est moins douce à l’oreille certes, mais elle n’est pas si agressive que le laissent croire les films américains sur la Seconde Guerre mondiale. Demandez à un Allemand ou germaniste de dire « Leidenschaft », vous verrez bien !

C’est la première langue étrangère que j’ai apprise, en sixième. Je ne sais plus trop si c’était mon choix ou celui de mes parents (Si Alexandra choisit l’allemand, elle sera dans une meilleure classe au collège, avait dit la maîtresse… raté !). En tout cas, j’ai commencé l’allemand et c’était plutôt sympa. J’ai toujours eu de bons professeurs et de bonnes notes. Quand l’anglais a débarqué dans ma vie – en quatrième – il ne l’a même pas tut de suite détrôné… Mais bien vite, mon allemand a stagné, car je ne le pratiquais pas et n’étais pas attirée par la musique ou la littérature des voisins. L’anglais, au contraire, m’a beaucoup plus plu, culturellement parlant. J’ai effectué deux voyages scolaires au collège, puis passé 10 jours dans une famille anglaise en seconde. Contrairement à mon niveau en allemand, mon niveau d’anglais a progressé très vite.

Lire la suite